Olivier est parti prendre un taxi pour la gare vers 7 heures.

Le vent est un peu tombé et nous nous préparons à reprendre la route en direction du mouillage de Vathy à 20 milles sur l’autre rive.

Dernières courses et aussi dernière balade pour Fifi. Notre chien qui gobe tout ce qu’il trouve et boit dans toutes les mares les plus sales a du avaler des cyanobactéries. De retour sur le bateau il ne tient plus debout se met à baver et à faire des convulsions Cela dure environ 20 minutes sans qui nous puissions rien faire que le regarder mourir en le caressant.

La sortie du port n’est pas facile, le vent nous plaque toujours au quai. Jean Jacques vient nous aider mais une des amarres s’enroule autour de ma jambe me laissant une bonne trace de brulure.

Nous reprenons la mer et devant la sortie du canal nous faisons une dernière caresse à Fifi et le laissons couler par 16

Fitz

0 mètres de fond lesté d’une grosse pierre.

Fifi tu nous manques déjà.

Un peu plus tard nous arrivons dans le mouillage sauvage de Vathy. Pas un bateau, nous nous sentons très seuls dans ce paysage désertique balayé par des rafales de vent. La mer est plate mais nous espérons vivement que vent va tomber dans la nuit.